Les Blérots de R.A.V.E.L. : Timbre

Un plateau nu, une vingtaine d’instruments, trois abats jours, le décor est planté. Manquent les sept musiciens qui ne tarderont pas à s’emparer du plateau entre pas de danse et tourbillons, entre rire et émotion.

Le silence se remplit de cuivres, cordes, accordéon, guitare saturée et autre manouche et on ne sait bientôt plus à qui on a à faire : de la chanson française ou un groupe de rock ? Une fanfare municipale ou de New Orleans ? Un orchestre symphonique ? Peut-être ne faut-il pas répondre à la question et se laisser embarquer le temps d’un concert vers cette drôle de folie universelle et cette générosité gourmande. Car ils sont comme ça Les Blérots de R.A.V.E.L., feux follets des notes et des gestes, ils donnent à voir le son et le plaisir de jouer. Accompagnés une nouvelle fois par Arnaud Joyet à la mise en scène (Les Joyeux Urbains), la scène devient à chaque instant un terrain de jeux où chacun trouvera sa place.

En savoir plus

Madjid Ziouane : ALGER LISBONNE PARIS

Autodidacte dans la voix aussi bien que dans la musique, il joue de son timbre pour mieux chanter un monde métissé ; Il nous promène au gré d’univers musicaux (world pop franc Arabo Andalou ), nous envoûte par l’émotion juste de sa voix fêlée. Plus qu’un chanteur Madjid Ziouane est un alchimiste, il transforme violence en douceur, cicatrices en fleur, bataille en Amour. Qu’il chante en Arabe Ferré et Aragon, ou mets en musique des textes de Denise Bonal et Frédéric André. Tout semble couler de la même source.

Madjid Ziouane fait ses premières armes au théâtre durant 15 ans et chante pour la première fois en bulgare dans une mise en scène d’Olivier Py.

En savoir plus

Prisca : On a lavé nos langues sales

Il y a chez Prisca du courant d’air sous les portes. Les effluves d’alcool se mêlent aux vapeurs de l’Est, les musiciens chauffent, soufflent et battent, solidaires, déterminés et contagieux, à la recherche d’un jeu de bascule perpétuel entre douceur et énergie sonore. Entre les deux, il y a ce joyeux bordel organisé, celui que l’on cultive avec des riffs saillants, des refrains qui collent au cerveau, et des mots, vibrants d'humanité, qui évoquent l'enfance, le temps qui passe, la poésie des destinées ordinaires.

Avant toute chose, c’est sur la scène que ses musiciens et son chanteur Mahfoud expriment le mieux leur énergie et leur générosité. Avec plus de 300 concerts à son actif, Prisca a décidé de fixer sur CD des prises de sons réalisées l’été dernier en public. On retrouve donc un album live en 2008 « ON A LAVE NOS LANGUES SALES », qui restitue plus d’une heure de concert, les chansons du 2° album studio « Bastringue » (2006), mais aussi des titres réarrangés et dopés d’une nouvelle pêche issus du 1er album de 2001 (« L’ami », « Le café des ânes »…).

En savoir plus


Balbino Medellin

Depuis la tournée « Sin fronteras » avec Sergent Garcia et la chanson « Resiste me » qu’ils enregistrèrent ensemble (album « Sin fronteras », 2001), Balbino Medellin n’a cessé de parcourir l’hexagone en solo à la rencontre de son public.

Après son premier album « Gitan de Paname » et une tournée de plus de quatre-vingt dates parmi lesquelles de nombreuses premières parties (Anaïs, Cali et Bernard Lavilliers qu’il retrouva au Zénith et au Grand Rex à Paris où leur duo « Les mains d’or » enregistré (CD/DVD « Escale au Grand Rex »), Balbino Medellin reprend la route avec un nouvel album « Le soleil et l’ouvrier » qu’il a écrit, composé et réalisé (sortie avril 2008).

En savoir plus

Polyglotte : blabla

Groupe de scène, emmené par un accordéoniste électrique et électrifiant (Man.x) ; un guitariste/chanteur énergique et inspiré (Tom) ; un bassiste (Bart) et un batteur (Bruno) décapants, groovy et sans compromis, l’énergie est à tous les postes !!! Ca ratisse large (entre Yvette Horner et Napalm death) sans jamais tomber dans le pathétique. Tous chanteurs, c’est d'une voix unanime qu’ils s’expriment.

Né en 1998, juste pour la déconne…Polyglotte se fait les dents dans la rue et dans les bistrots avec des formations changeantes au grès des rencontres. Le groupe enregistre deux Maxis 5 titres autoproduits. Le premier, « Maloussaï », sorti en 2001 et le second « Sors dans la rue », sorti en 2003, est un véritable succès… et blablabla.

En savoir plus

Syrano : Musiques de chambre

Le jeune chartrain, auteur, compositeur, interprète, illustrateur, a créé un univers particulier où des jouets mutilés s’animent pour devenir des musiciens, fantômes de l’enfance, miroir pour nos angoisses. Dans un décor de chambre d’enfant, un Pierrot éméché joue de l’accordéon, un Arlequin en camisole gratouille d’un air inquiétant, deux poupées de porcelaine font pleurer leurs violons, et un Monsieur Loyal nous emporte dans une farandole endiablée.

Entre fable enfantine et poésie macabre, Syrano mêle habilement machines et formation acoustique, phrasé rap et chant populaire. Il nous emmène dans un voyage introspectif, soutenu par une écriture profonde et fine, qui rappelle l’imaginaire de Tim Burton et qui métisse à merveille des influences comme Jacques Brel, Fellini ou Akhenaton.

En savoir plus