Imbert Imbert : Débats de boue

Ancien contrebassiste des groupes Derien (chanson), et Jim Murple Mémorial (rock steady, ska, rythm’n’blues), il a aussi pratiqué le free-jazz avec son trio Split, le rock déglingué de Scénic Railway, et a joué avec bon nombre de groupes que l’on ne s’aventurera pas à citer ici.

Et puis son stylo ne dormant que d’un oeil et sa contrebasse que d’une corde, Imbert Imbert accouche de poèmes mélodiques et de mélodies poétiques. Certains de ceux- ci parlent du mal de vivre, certaines de celles-là au contraire chantent la vie à pleines mains. Certains ont l’amère nostalgie d’amours perdus, certains la nostalgie de lendemains heureux.

Grand imprécateur des privilèges et des passes droits, ce refuseur du monde tel qu’il est, ce révolté, révolté de ne pas l’être assez, a de grandes fenêtres ouvertes sur la lumière et sa tendresse, fragile, souriante, à fleur d’archet, est aussi grosse et lourde à porter que sa contrebasse.

Imbert Imbert

"...les chanceux qui l'ont croisé sur scène aux bras de sa contrebasse, savent que ce personnage est une émotion à lui tout seul, une émotion vétue de cuir, car il ne fait pas dans le dentelle, mais une émotion quand même: pleine et entière, avec la faiblesse qu'elle engendre parfois, et la force qu'elle nécessite pour être exprimée..." Philippe Prohom, longueur d'ondes N°35

http://www.myspace.com/imbertimbert http://imbertimbert.free.fr